Partager la page

Fill 1

Développement durable

Le développement durable est un concept selon lequel les sociétés humaines doivent vivre et répondre à leurs besoins actuels sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. Ce principe prend en compte les trois piliers du développement, à savoir l’économie, le social et l’environnement. Concrètement, il s’agit de considérer et prévenir les impacts de chacun de ses composants sur les deux autres.

La notion de développement durable repose également sur un décloisonnement de la pensée et de l’action et se base sur un partenariat actif de tous les acteurs de la société.

La Commune de Veyrier privilégie, entre autres, l’utilisation de son plan directeur (PDCom) comme instrument de promotion d’un développement durable. En effet, le PDCom est un document d’urbanisme qui définit les options de la commune en vue de gérer son développement. Il permet de fixer des objectifs en matière d’aménagement du territoire qui ont une incidence sur la durabilité tels que la densité urbaine, la mobilité, l’énergie et la préservation de l’espace rural, de l’environnement et du paysage.

La Commune s’est par ailleurs engagée dans le processus de labellisation en tant que « Cité de l’Énergie » afin de contribuer à relever le défi du changement climatique.

Charte et actions

Veyrier dispose depuis 2009 d’une charte environnementale comprenant des actions de renouvellement du maillage vert et une valorisation des massifs forestiers.

Après avoir réalisé son bilan environnemental, accompagné d’un plan d’action et d’un catalogue de mesures, la commune a mis en place une politique globale d’amélioration du cadre de vie de ses habitants, dans le respect de notre milieu naturel.

Ce programme, établi en collaboration avec l’office cantonal en charge de la nature et du paysage, s’est concrétisé en date du 10 novembre 2009, par un vote du Conseil municipal qui a adopté à l’unanimité moins une abstention, le concept d’une charte environnementale et sa mise en application.

La Charte environnementale est destinée à chapeauter les actions environnementales et constitue un ensemble d’orientations clairement explicitées, qui participeront à l’amélioration de la qualité de vie de la commune et au respect de son environnement.  Il s’agit d’un « contrat moral »  passé  entre  les  élus  et  la  population, faisant largement appel à la participation de chacun pour un bénéfice commun.

Les objectifs de la charte environnemental visent à :

  • Renouveler le patrimoine végétal ;
  • Favoriser la biodiversité des espaces privés et publics ;
  • Favoriser la gestion durable des eaux pluviales ;
  • Sensibiliser chacun aux valeurs naturelles et au potentiel d’amélioration ;
  • Encourager chaque citoyen à intégrer dans son quotidien les principes du développement durable.

Dans ce cadre, la commune informe sur les bonnes pratiques d’entretien et de plantations d’arbres indigènes ou de semis de prairies et gazon « écologiques ». Elle encourage et participe financièrement à l’achat de semences indigènes, au remplacement des haies d’essences exotiques, à la gestion des eaux à ciel ouvert, à la végétalisation des toitures, à la fourniture de plants forestiers d’espèces indigènes et aux aménagements spécifiques à la faune et la flore indigène.

Aujourd’hui, plus de 10 ans après l’adoption de sa charte environnementale, la commune entend établir un bilan des mesures mises en œuvre afin de mettre à jour sa charte en fonction des enjeux actuels de densification de la zone 5 et de changements climatiques.

Charte et actions

Ce document constitue un ensemble d’orientations clairement explicitées. Ces directions sont autant d’axes forts et prioritaires qui guident à la fois les initiatives publiques, notamment municipales, mais aussi les initiatives privées. Il s’agit d’établir un contrat moral qui fait très largement appel au civisme de chacun.

Ce document contribue à poursuivre l’amélioration de la biodiversité en respectant l’identité rurale de la commune qui en fait sa spécificité. Les différents thèmes abordés sont principalement focalisés sur les espaces verts ainsi que sur la nature, les paysages, l’agriculture, le patrimoine, les plantations et les besoins en matière d’environnement.

L’objectif est également de poursuivre une gestion raisonnée et différenciée des espaces verts municipaux et privés, en agissant dans différentes directions telles que la réalisation d’un plan de gestion du patrimoine arboré, un plan de fleurissement axé sur les plantes vivaces, des modes de jardinage plus respectueux de l’environnement ou encore le renforcement du recyclage des déchets verts et organiques. La charte se veut un outil évolutif.

Pour tous renseignements vous pouvez contacter le service Aménagement, constructions et infrastructure (technique@veyrier.ch) de la commune de Veyrier.

Échanger avec ses voisins grâce à trois cabanes d’échanges dans les rues de Veyrier

Amener un nouvel élan de vie de quartier, un nouveau sentiment d’appartenance et d’implication dans la vie locale en créant des opportunités d’échange, de rencontres.

La Commune de Veyrier a pour volonté d’installer une nouvelle habitude de vie avec les boîtes d’échange entre voisins, ce qui participe agréablement à la réalisation de ses objectifs de développement durable, de bien-être, d’innovation sociale et de promotion de la qualité de vie dans la commune.

Les nouvelles cabanes à livres sont arrivées.

Le principe est le même que pour les précédentes boîtes d’échange : les habitants sont invités à déposer dans les cabanes à livres, CD, DVD, jeux, jouets, ou tout autre objet qui pourrait ravir un voisin, ou un passant. Cela permet de donner une nouvelle vie à des objets dont on a plus l’usage, d’éviter de les jeter ou de les détruire. De l’autre côté, on peut se servir librement et y prendre tout ce qui nous fait plaisir ou qui pourrait nous être utile.

 

École de Pinchat

Parc du Grand-Donzel

Parc de la Mouille

 

Le projet « réparer plutôt que jeter » encourage la population à faire réparer ses objets du quotidien (appareils électriques, ordinateurs, téléphones, vêtements, meubles, chaussures, etc.) en répertoriant, sur le site www.ge-repare-ch, des adresses de commerces, artisan-e-s et entreprises qui sont actifs dans la réparation et sont situées sur le territoire de la Ville de Genève et de la Ville de Carouge.

Sylviculture

Avec l’automne revient le temps des récoltes. Oiseaux, écureuils et autres rongeurs amassent noix, graines et provisions. Ils ne sont pas seuls: les humains aussi parcourent cette «malle aux trésors» qu’est la forêt, à la recherche d’ornements pour leur logis. Bien que chaque forêt ait un propriétaire, cette quête est licite si elle reste dans des limites raisonnables.

Il n’y aura bientôt plus rien qu’on ne puisse acheter chez les grands distributeurs. Plus besoin d’aller chercher en forêt des matériaux naturels pour créer des décors d’automne ou de Noël. Mais gare, une grande partie de ces articles viennent de loin, de très loin ! Les étoiles en écorce sont acheminées du Grand Nord, les pommes de pins proviennent de Chine ou de Turquie, pour ne citer que ces exemples. Il suffit pourtant de parcourir la forêt à côté de chez soi pour en récolter, et ceci gratuitement et en toute légalité.

En Suisse, la loi garantit en effet un libre accès à la forêt mais elle autorise aussi la cueillette de baies sauvages, de champignons, ou la récolte de cônes pour un usage personnel. Avec des cupules de faînes du hêtre, des glands de chêne, des marrons d’Inde, des cynorhodons, des brindilles couvertes de lichens ramassées au sol, vous pouvez créer vous-même de merveilleux arrangements.

Bien qu’ouvertes à toutes et à tous, toutes les forêts ont un propriétaire. Les visiteurs s’y comportent avec le respect que des invités doivent à leur hôte. Le ramassage se fait avec modération, on ne blesse ni n’endommage les arbres petits et grands, on ne cueille pas de plantes protégées et, pour les champignons, règlements locaux et directives cantonales s’appliquent.

La forêt est une boîte à trésors, pas une décharge : reliefs de pique-nique, déchets et autres traces n’y ont pas leur place!

Pour en savoir plus sur la forêt: www.foretsuisse.ch

Branchages, fruits et champignons, point nous n’amasserons. Ce dessin de Max Spring est extrait du Petit guide du savoir-vivre en forêt de la Communauté de travail por la forêt (AfW-CTF).

Pour en savoir plus : www.waldknigge.ch

Il est également permis de ramasser des branches de sapin pour protéger les plantes du jardin ou confectionner une couronne de l’Avent. Mais on ne peut prendre que des branches au sol, une fois le chantier de coupe terminé. Un chantier de coupe, c’est dangereux, notamment lorsque les arbres fraîchement abattus gisent sur le sol. Observez et respectez les barrages et les signaux d’avertissement, même le soir et le week-end !

Connaissez-vous les prestations proposées par le service forestier de votre commune ? Peut-être vend-il des arbres de Noël, des branches de sapin, des bûches suédoises, du bois de chauffage et d’autres produits de la forêt locale. Les bonnes choses viennent souvent de tout près. Informez-vous !

La saison de bûcheronnage commence. Les coupes de bois et les travaux sylvicoles sont utiles à la vitalité et à la stabilité de nos forêts. Attention toutefois: lorsqu’on abat des arbres, le danger guette!

La quantité de bois récoltée l’hiver prochain sera moins élevée que d’autres années. Suite aux tempêtes de janvier et aux attaques de bostryches durant la sécheresse estivale, d’importants volumes de bois attendent déjà d’être transformés. Des coupes sont néanmoins prévues ça et là pour rajeunir et entretenir des forêts de protection, éliminer des arbres malades ou alimenter des chauffages.

En Suisse, on ne prélève jamais plus de bois en forêt qu’il n’en pousse. La loi l’exige ainsi. En outre, toute coupe est soumise à autorisation. Il est indispensable d’exploiter la forêt selon les règles de durabilité, afin qu’elle puisse continuer à assurer l’ensemble de ses fonctions. Les 6000 spécialistes suisses du secteur forestier bénéficient d’une formation poussée. Ils accomplissent une mission formidable, au service de la communauté, mais qui n’est pas sans dangers.

L’accès à nos forêts reste en principe ouvert durant la saison des coupes. Toutefois, les communes et les propriétaires mettent en garde les personnes qui fréquentent leurs forêts: elles doivent rester à distance des chantiers de coupes et de la zone dangereuse qui les entourent, afin de ne pas risquer leur vie et de permettre au personnel forestier de rester concentré sur son ouvrage.

Concrètement, il convient:

  • De respecter les barrages, absolument, car «Chemin barré, vie en danger»
  • D’être attentif aux triangles de signalisation qui valent avertissement «Passage autorisé, prudence exigée»
  • De suivre les indications du personnel forestier
  • De rester à l’écart des chantiers de coupe les week-ends aussi. Le danger ne prend pas de congé.
  • De ne pas escalader les piles de bois. C’est très périlleux.

Pour plus d’information :

www.foretsuisse.ch
info@foretsuisse.ch
032 625 88 00

Group
Group

Inscription à la newsletter

Recevez toutes les actualités communales ainsi que les alertes émises par la Mairie.